En quoi la Stratégie Digitale est une composante essentielle de la performance de l’entreprise?


En particulier en Europe, confrontée à la concurrence de pays dont les mécanismes économiques actuels rendent les coûts du travail inéluctablement inférieurs aux nôtres, la  technologie est le principal moteur de la performance des entreprises. Or, depuis les années 1970-1980 qui ont vu l’émergence des micro-processeurs et l’inflexion forte de la capacité de miniaturisation des mémoires,  les années 2010-2014 ont été particulièrement innovantes sur le plan technologique. On peut citer :

  • La généralisation des terminaux multiformes (Smartphones, Tablettes), à usage tant personnel que professionnel : on estime (source MMA) que mi-2014 plus d’un Français sur deux possède un smartphone (soit 27,7 millions de Français), un foyer sur trois est équipé d’au moins une tablette (soit 9,1 millions de foyers), et que trois téléphones mobiles sur quatre vendus en 2014 seront des smartphones (soit 17,5 millions d’unités).
  • L’interconnexion généralisée des ressources informatiques (le concept de cloud),
  • L’imbrication des technologies de l’information et de celles de la communication (téléphonie, géolocalisation, …),
  • La généralisation de l’image, fixe ou vidéo,
  • Le développement d’interfaces tactiles, qui induisent pour demain le développement d’interfaces de type reconnaissance de voix (cf. Google en ce moment..), voire de forme.

Cette évolution est majeure, dans la mesure où elle (re)place l’utilisateur (au sens large du terme : collaborateur de l’entreprise, partenaire ou client),  au centre : la technologie ne le contraint plus à utiliser un certain type de terminal, à un certain endroit, à un certain moment, pour un certain type de besoin, mais à l’inverse il peut se connecter de n’importe où, n’importe quand, pour utiliser des applicatifs très différents, personnels ou professionnels, à partir d’appareils indifféremment personnels ou professionnels. Les processus de l’entreprise ont là une opportunité extraordinaire de progresser en terme d’efficacité, de flexibilité, de coûts.Cette évolution permet également de repenser l’approche ‘clients’, tel qu’elle était définie dans approches strictement ‘marketing’ des années 1970, qui les considérait  comme de simples consommateurs passifs : elle permet de les positionner en individus responsables, informés plus qu’influencés, et surtout de les transformer en acteurs, par le biais de prise directe de décision, d’enregistrement de commandes, de contrôles, …